L’un des avantages du CCMI est le caractère définitif de son prix.

L’article L. 231-2, d) du Code de la construction et de l’habitation dispose :

« d) Le coût du bâtiment à construire, égal à la somme du prix convenu et, s’il y a lieu, du coût des travaux dont le maître de l’ouvrage se réserve l’exécution en précisant :
-d’une part, le prix convenu qui est forfaitaire et définitif, sous réserve, s’il y a lieu, de sa révision dans les conditions et limites convenues conformément à l’article L. 231-11, et qui comporte la rémunération de tout ce qui est à la charge du constructeur, y compris le coût de la garantie de livraison ;
-d’autre part, le coût des travaux dont le maître de l’ouvrage se réserve l’exécution, ceux-ci étant décrits et chiffrés par le constructeur et faisant l’objet, de la part du maître de l’ouvrage, d’une clause manuscrite spécifique et paraphée par laquelle il en accepte le coût et la charge ; »

Rappelons que ce prix doit correspondre à la somme du coût des travaux dont se charge le constructeur, et le cas échéant, augmenté du coût dont le maître d’ouvrage se réserve l’exécution.

Ce prix est forfaire dans la mesure où le constructeur ne peut le modifier après la signature du contrat sans votre accord. En cas de modification, votre accord doit être matérialisé par un avenant de plus ou moins-value.  

Le prix peut toutefois être révisable si le contrat prévoit une clause d’indexation. Cette possibilité est strictement encadrée par la loi.

En effet, l’article L. 231-11 du Code de la construction et de l’habitation dispose :

«Au cas où le contrat défini à l’article L. 231-1 prévoit la révision du prix, celle-ci ne peut être calculée qu’en fonction de la variation d’un indice national du bâtiment tous corps d’état mesurant l’évolution du coût des facteurs de production dans le bâtiment, publié par l’autorité administrative, et, au choix des parties, selon l’une des deux modalités ci-après :

(1ère modalité) a) Révision du prix d’après la variation de l’indice entre la date de la signature du contrat et la date fixée à l’article L. 231-12, le prix ainsi révisé ne pouvant subir aucune variation après cette date ;

(Seconde modalité) b) Révision sur chaque paiement dans une limite exprimée en pourcentage de la variation de l’indice défini ci-dessus entre la date de signature du contrat et la date de livraison prévue au contrat, aucune révision ne pouvant être effectuée au-delà d’une période de neuf mois suivant la date définie à l’article L. 231-12 lorsque la livraison prévue doit avoir lieu postérieurement à l’expiration de cette période.

Ces modalités doivent être portées, préalablement à la signature du contrat, à la connaissance du maître de l’ouvrage par la personne qui se charge de la construction. Elles doivent être reproduites dans le contrat, cet acte devant en outre porter, paraphée par le maître de l’ouvrage, une clause par laquelle celui-ci reconnaît en avoir été informé dans les conditions prévues ci-dessus.

La modalité choisie d’un commun accord par les parties doit figurer dans le contrat.

A défaut des mentions prévues aux deux alinéas précédents, le prix figurant au contrat n’est pas révisable.

L’indice et la limite prévus ci-dessus sont définis par décret en Conseil d’Etat. Cette limite, destinée à tenir compte des frais fixes, des approvisionnements constitués et des améliorations de productivité, doit être comprise entre 60 % et 80 % de la variation de l’indice.

L’indice servant de base pour le calcul de la révision est le dernier indice publié au jour de la signature du contrat. La variation prise en compte résulte de la comparaison de cet indice avec le dernier indice publié avant la date de chaque paiement ou avant celle prévue à l’article L. 231-12 selon le choix exprimé par les parties. »

En cas de clause de révision de prix insérée dans votre contrat, vous devez bien vérifier le type de modalité qui s’applique, (a) ou (b).

Celle-ci doit impérativement figurer dans le contrat.

En cas de doute, faites-vous accompagner d’un avocat expert dans ce domaine.

Maître Charles PAUMIER se tient à votre disposition pour analyser votre contrat et répondre à vos questions.

5/5 - (51 votes)
Consulter mon profil Avocat.fr